Pourquoi une relecture ?

Il vaut toujours la peine de faire relire ses documents importants. D'abord parce qu'on ne voit pas toujours ses propres fautes et ensuite parce que notre cerveau nous joue des tours.

Pour vous en convaincre, faites les petits tests ci-dessous : (cliquez sur les images pour les agrandir).

illusion2.jpg

illusion.jpg

Comptez le nombre de "d" que contient cette phrase et cliquez ici pour le résultat.

illusion4.jpg

Dès notre plus jeune âge, nous avons appris à lire, autrement dit, nous avons appris à interpréter des formes (les mots écrits) pour en extraire le sens. Cet exercice de lecture, nous le faisons quotidiennement. Nous sommes tellement habitués à lire que nous agissons à la manière d'un automate face à du texte : on ne peut s'empêcher de lire. Toute forme avec une ressemblance plus ou moins forte est interprétée par notre cerveau. L'exemple ci-dessous illustre mon propos, même si les lettres d'un mot sont mélangées, nous parvenons à les lire, il suffit pour cela que la première et la dernière lettre soient à la bonne place, ce qui représente pour notre cerveau une forme reconnaissable.

 

illusion3.jpg

 

Nous avons présenté la photo suivante à un certain nombre de personnes. Le but du jeu était de savoir combien d'entre elles voyaient la faute d'orthographe. La question était : "Voyez-vous 1 faute, plusieurs fautes ou aucune faute ?"

rendememt.jpg

Résultat : plus de 90 % des personnes interrogées n'ont pas vu de faute.

Explications : il suffit qu'une silhouette corresponde à un mot pour que notre cerveau corrige immédiatement. C'est très utile pour une lecture rapide, mais beaucoup moins lorsqu'il s'agit de corriger un texte.

Le correcteur a appris à diriger son attention sur chaque mot, chaque lettre, chaque groupement de lettres, ce qui lui permet de contourner le problème.

 

Vous avez dû compter 9 ou 10 "d", alors qu'il y en a 15 ! La plupart des cerveaux se concentrent instinctivement sur les mots importants, oubliant de s'attarder sur les prépositions ou articles glissés entre deux (comme "de" ou "dans"). Vous avez ainsi eu l'impression de lire la phrase de façon analytique, en détaillant lettre par lettre, mais ce n'est pas ainsi que votre cerveau fonctionne : habitué à la lecture, il parcourt le texte de façon synthétique, en accordant spontanément très peu d'importance aux mots de liaison pour se consacrer uniquement au sens global de la phrase.

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.